abêtir


abêtir

abêtir [ abetir ] v. tr. <conjug. : 2>
• v. 1360; de 1. a- et bête
Rendre bête, stupide. abrutir, crétiniser. « Le fatras qu'on impose aux écoliers pour les abêtir et les étioler » (Loti). Pronom. Il s'abêtit de jour en jour. ⊗ CONTR. Éveiller.

abêtir verbe transitif Rendre bête, stupide ; abrutir : Ce type de lectures vous abêtira.abêtir (citations) verbe transitif Blaise Pascal Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662 Suivez la manière par où ils ont commencé : c'est en faisant tout comme s'ils croyaient, en prenant de l'eau bénite, en faisant dire des messes, etc. Naturellement même cela vous fera croire et vous abêtira. Pensées, 233 Commentaire Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg — laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue — le fragment d'où la citation est tirée. ● abêtir (synonymes) verbe transitif Rendre bête, stupide ; abrutir
Synonymes :
- hébéter
Contraires :
- éveiller
- façonner

abêtir
v.
d1./d v. tr. Rendre bête, stupide. Vous abêtissez cet enfant, en le faisant trop travailler.
d2./d v. Pron. Elle s'abêtit, à lire ces illustrés ineptes!

⇒ABÊTIR, verbe trans.
A.— Emploi trans. Rendre bête, de manière à faire subir une diminution des facultés humaines les plus nobles :
1. — Descendu chez René. L'ai surpris au lit, narcotisé et abêti de son indigne vapeur de tabac. A trente-six degrés au-dessous du zéro de son intelligence ordinaire.
J. BARBEY D'AUREVILLY, Deuxième memorandum, 1839, p. 243.
2. L'isolement grandissait l'esprit de Gavarni; la société de la femme bête le rapetisse, le diminue, l'abêtit.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, janv. 1863, p. 1211.
3. L'étonnement de se voir attaché, la vue de tout ce monde qui le regardait, l'ahurissaient, l'abêtissaient davantage. Comme il ne parlait et n'entendait que le patois, il ne put deviner ce que voulait le gendarme. Il levait vers lui sa face épaisse, faisait effort; ...
É. ZOLA, La Fortune des Rougon, 1871, p. 308.
4. ... c'était Madame Voblat, un gabion de suif, une bombance de chairs mal retenue par les douves d'un corset, un tendron abêti et béat qui riait et tâchait de se tenir la taille à propos de tout, pour un miaulement de chat, pour un vol de mouche; ...
J.-K. HUYSMANS, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 16.
5. Il est déjà moins bête depuis qu'il n'est plus malheureux. Le malheur abêtit, je le sais bien.
A. FRANCE, Le Crime de Sylvestre Bonnard, 1881, p. 495.
6. Le collège ne me valait rien décidément, et encore moins les pensums; tout cela, qui m'avait pris trop tard et à rebours, me diminuait, m'éteignait, m'abêtissait. Même au point de vue du frottement avec mes pareils, le but qu'on avait cru atteindre était manqué aussi complètement que possible.
P. LOTI, Le Roman d'un enfant, 1890, p. 211.
7. — Le peuple, fit des Hermies, en versant de l'eau dans la cafetière, au lieu de l'améliorer, les siècles l'avarient, le prostrent, l'abêtissent! Rappelez-vous le siège, la commune, les engouements irraisonnés, les haines tumultuaires et sans cause, toute la démence d'une populace mal nourrie, trop désaltérée et en armes!
J.-K. HUYSMANS, Là-bas, 1891, p. 231.
8. Aveuglés, abêtis par de bas intérêts, les prétendus continuateurs de notre révolution n'ont abouti qu'à recommencer avec plus de vulgarité les dirigeants de l'ancien régime, dont les fautes inexpiables nous jetèrent dans la frénésie des révoltes passées.
G. CLEMENCEAU, L'iniquité, 1899, p. 344.
9. La même discipline qu'on impose aux petits grimauds d'école devient pénible et humiliante quand des jeunes gens de dix-sept à dix-huit ans y sont soumis. L'uniformité des exercices les rend insipides. L'esprit en est abêti.
A. FRANCE, La Vie en fleur, 1922, p. 428.
10. Froide, elle veut m'émasculer, par jalousie. Engourdie, elle veut m'engourdir. Ensuite ce sont les magasins, les achats de choses inutiles, c'est le cinéma, le théâtre, n'importe quoi pourvu que ce soit idiot, car il ne s'agit que de m'abêtir ici, comme de m'émasculer là.
H. DE MONTHERLANT, Les Lépreuses, 1939, p. 1410.
11. Je ne dis pas que la mariage abêtit. Il rend les gens à leur vie intérieure.
M. CHOISY, Qu'est-ce que la psychanalyse?, 1950, p. 90.
Rem. 1. Abêtir est associé à des termes synon. dir. tels que : ahurir (ex. 3), éteindre (ex. 6), ou, et fréquemment, à des synon. par métaph. comme avarier (ex. 7), émasculer (ex. 10). Il s'associe en outre à rapetisser (ex. 2), diminuer (ex. 2, 6) (l'idée d'esprit ou d'intelligence est gén. implicite), ou à un anton. (améliorer, ex. 7). 2. Contrairement aux indications de certains dict., les ex. où abêtir est en constr. absolue semblent plutôt se ranger sous l'emploi A : cf. le malheur abêtit (ex. 5 et 11). 3. Le part. passé exprime la forme passive du verbe ou le résultat de l'action de « rendre bête » (ex. 4); il est gén. suivi du compl. d'agent; dans l'ex. 4, en l'absence de compl., il exprime l'état pur et simple. On le trouve aux côtés de part. passés ou d'épithètes dépréc. : aveuglé (ex. 8), insipide (ex. 9), narcotisé (ex. 1).
B.— Emploi pronom. Devenir bête :
12. Le cœur cessait de battre, la tête se vidait, le moribond s'abêtissait.
É. ZOLA, Nouveaux contes à Ninon, 1874, p. 98.
13. ... il [Adolphe] était menuisier, en même temps que puddleur, ayant appris plusieurs métiers, comme tous les jeunes gens de son âge, pour ne pas s'abêtir dans une spécialité étroite.
É. ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 219.
14. Si je pouvais, je m'abêtirais encore, jusqu'à ne pouvoir que t'aimer, t'aimer sans pensée, sans ces crises de fine souffrance que ton dédain [de Minne], ou ta seule dissimulation sont si puissants à m'infliger...
COLETTE, L'Ingénue libertine, 1909, p. 234.
15. Heureux? Si tu l'étais, ce serait une honte! Toi! Non, mon petit, non, je ne peux pas croire que tu te plaises à croupir là-dedans. Tu te dégrades, tu t'abêtis; ça n'a que trop duré.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, Le Pénitencier, 1922, p. 715.
16. ... lisant un livre sur Port-Royal, elle avait été frappée par un mot de Nicole, suggérant que l'obéissance aussi peut être un piège du démon. En acceptant de se diminuer, de s'abêtir, ne contrariait-elle pas la volonté de Dieu?
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 274.
Rem. 1. Comme dans l'emploi actif, s'abêtir est en série avec des synon. tels que se dégrader (ex. 15) ou se diminuer (ex. 16). 2. Les dict. signalent un emploi absolu, synon. de l'emploi pronom., absent de la docum.
Stylistique — Dans son emploi trans. abêtir appartient à la lang. commune et fam. Souvent concurrencé dans ses emplois par le verbe abrutir, il jouit d'une vitalité égale, mais exprime une action plus lente, moins brutale et qui affecte surtout l'intelligence. Nuance nettement dépréc. (cf. sém., ex.) sauf dans la description d'une passion (cf. sém., ex. 14), ou par allus. à l'emploi de abêtir chez Pascal, (Pensées, éd. Br. 233 (...) en faisant tout comme s'ils croyaient, en prenant de l'eau bénite, en faisant dire des messes, etc. Naturellement même cela vous fera croire et vous abêtira. Pour les controverses auxquelles a donné lieu ce texte célèbre, cf. inf. bbg. Il ne semble pas qu'on puisse retenir la leçon alestir « préparer », terme auv. ou norm.; abêtir vient vraisemblablement d'un passage de Montaigne, Apologie, éd. Gallimard, p. 546, où il signifie « humilier, abaisser [la sapience de ce monde] »).
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[] ou [-be-]. D'apr. WARN. 1968, la prononc. en [] ouvert relève du lang. soutenu, la prononc. en [e] fermé, du lang. cour. (cf. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 71 : [] dans le parler cour., par harmonisation vocalique). PASSY 1914 note ['-] et [abe'-]; Pt Lar. 1968 transcrit le mot avec [], DUB. et Pt ROB. avec [e]. 2. Dér. et composés : abêtifier, abêtissant, abêtissement, abêtissoir, rabêtir. Cf. bête.
Étymol. — Corresp. rom. : cat. abestiar. 1330-32 abestir « rendre semblable à la bête » (en parlant d'un homme) (G. DE DIGULEVILLE, Pèl. Vie hum., éd. Sturzinger, 886 ds T.-L. : Et (je) les [hommes] avugle et abestis [dist Ire]); 1420, « id. » apparition d'une forme concurrente abester (Quinze joyes, VII ds GDF. : Mais est abesté le bonhomme et paist l'herbe, et est transformé en une beste, sans enchantement).
Dér. de bête 1, au sens propre; préf. a-1 et suff. -ir; à distinguer de ca 1320 abester « mettre les chiens sur la trace du gibier » terme cynégétique (Perceforest, I, fol. 125c ds GDF. : Il leur tourna l'escu vers le visaige, aussi fierement que fait le sanglier aux chiens quand ils sont abesté).
HIST. — Apparu au XIVe s. dans le vocab. cynégétique (1 ex. isolé ds étymol.) et dans la lang. commune (cf. étymol.), seul domaine où il garde une grande stab. sém. jusqu'à l'époque contemp. (cf. sém.). Usité d'abord seulement à la forme trans. (Cf. PASCAL, Pensées, cf. sup. styl.), et pronom., il est empl. à partir du XVIIIe s. à la forme absolue : Ce verbe est quelquefois neutre. On dit, cet enfant abêtit tous les jours. FUR. 1701. Dès Ac. 1798 il est considéré comme fam. — Rem. 1. Un emploi fig. s'abêtir de « s'engouer stupidement de » est attesté ds Ronsard (seul ex. de notre docum.) : Le plus souvent les Princes s'abestissent De deux ou trois que mignons ils choisissent, Vrais ignorans qui font les suffisans. RONSARD, La Franciade, L. IV, (Hug.) 2. Le part. présent pris comme adj. a une rubrique spéciale ds BESCH. 1845, Lar. 19e (ex. de Nodier) et autres Lar., Pt ROB.
STAT. — Fréq. abs. litt. :102.
BBG. — BART (B. F.). Abêtir in Pascal und Montaigne. Rom. Philol. 1955-56, t. 9, pp. 1-6. — CAMPROUX (C.). Faut-il vraiment nous abêtir avec Pascal? Fr. mod. 1957, t. 25, pp. 95-100. — FOSTER (B.). Pascal's use of abêtir. Fr. St. 1963, t. 17, n° 1, pp. 1-13. — FOSTER (B.). Pascal's abêtir :a postcript. Fr. St. 1964, t. 18, pp. 244-246. — HAIG (S.). A Further note on Pascal's abêtir. Fr. St. 1964, t. 18, pp. 29-32. — MOLES (E.). Pascal's use of abêtir. Fr. St. 1965, t. 19, pp. 379-384.

abêtir [abetiʀ] v. tr.
ÉTYM. 1330; de 1. a-, et bête.
Rendre bête, stupide. Abrutir, bêtifier, crétiniser. || Ce travail inepte finira par l'abêtir. || Cette vie oisive abêtirait la plupart des gens.Absolt. || La misère abêtit. Spécialt (chez Pascal). Faire renoncer à une raison humaine. → cit. 1, 2. — Par ext. || Abêtir l'esprit, la raison.
1 Suivez la manière par où ils ont commencé : c'est en faisant tout comme s'ils croyaient, en prenant de l'eau bénite, en faisant dire des messes, etc. Naturellement même cela vous fera croire et vous abêtira.
Pascal, Pensées, III, 233.
2 Port-Royal n'avait pas osé reproduire ce mot (abêtir); Victor Cousin qui l'a publié le premier l'a accompagné du commentaire éloquent que l'on connaît : « Quel langage ! Est-ce donc là le dernier mot de la sagesse humaine ? La raison n'a-t-elle été donnée à l'homme que pour en faire le sacrifice, et le seul moyen de croire à la suprême intelligence est-il, comme le veut et le dit Pascal, de nous abêtir ? Comme si lorsqu'on a hébété l'homme, il en était plus près de Dieu ». Victor Cousin exagère sans doute la pensée de Pascal… S'abêtir, c'est retourner à l'enfance pour atteindre les vérités supérieures qui sont inaccessibles à la courte sagesse des demi-savants.
Léon Brunschvicg, in Pensées de Pascal, t. II, p. 154, note 1.
3 (…) le fatras qu'on leur impose (aux écoliers) pour les abêtir et les étioler.
Loti, Figures et Choses…, II.
Au passif. || Être abêti par…
——————
s'abêtir v. pron.
1 Devenir (plus) bête. Encrasser (s'), encroûter (s'). || Il s'abêtit de jour en jour.
2 (Au sens de Pascal). || S'abêtir par la prière.
——————
abêti, ie p. p. adj.
|| Un esprit abêti.
DÉR. Abêtissant, abêtissement, abêtisseur, abêtissoir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abêtir — (a bê tir ; quelques uns disent a bé tir) 1°   V. a. Rendre bête. Une crainte perpétuelle abêtit l esprit. •   Cela vous fera croire et vous abêtira, PASC. Moyens, I. •   Ils n ont songé [le roi et Mme de Beauvilliers], s écriait il [le duc de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ABÊTIR — v. a. Rendre stupide. Vous abêtirez cet enfant.   Il est aussi neutre, et signifie, Devenir bête. Il abêtit tous les jours. Il est familier. ABÊTI, IE. participe, Il est tout abêti …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABÊTIR — v. tr. Rendre stupide. Vous abêtirez cet enfant. Il est tout abêti. Il est aussi intransitif et signifie Devenir bête. Il abêtit tous les jours. On dit dans le même sens Il s’abêtit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abêtir — vt. , rendre stupide : abéti gv.3 (Albanais, Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'abêtir — ● s abêtir verbe pronominal Devenir bête : S abêtir dans la paresse et la facilité …   Encyclopédie Universelle

  • bêtir — abêtir …   Dictionnaire des rimes

  • abêtissement — [ abetismɑ̃ ] n. m. • 1859; h. 1552; de abêtir 1 ♦ Action d abêtir. ⇒ abrutissement, crétinisation. « L abêtissement systématique des masses » (Beauvoir). 2 ♦ État d une personne abêtie. ⇒ crétinisme. « La renaissance de la superstition lui… …   Encyclopédie Universelle

  • encroûter — [ ɑ̃krute ] v. tr. <conjug. : 1> • 1538; de en et croûte 1 ♦ Couvrir d une croûte, d un dépôt. Pronom. La bouilloire s est encroûtée. ♢ Enduire de mortier. 2 ♦ Fig. Enfermer comme dans une enveloppe qui interdit toute vie, toute spontanéité …   Encyclopédie Universelle

  • abêtissant — abêtissant, ante [ abetisɑ̃, ɑ̃t ] adj. • av. 1844; de abêtir ♦ Qui abêtit, rend stupide, est propre à le faire. ⇒ abrutissant, crétinisant. « Des travaux abêtissants » (Huysmans). Spectacle, journal abêtissant. ⊗ CONTR. Enrichissant. ●… …   Encyclopédie Universelle

  • abrutir — [ abrytir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1541; de à et brute 1 ♦ Vx ou littér. Rendre semblable à la brute, dégrader l être pensant. « La débauche avait abruti son esprit » (Rousseau). ⇒ altérer, 1. dégrader. 2 ♦ Rendre stupide. ⇒ abêtir,… …   Encyclopédie Universelle